Algues de mer et microalgues : bienfaits, nutriments, usage culinaire

Algues de mer et microalgues : bienfaits, nutriments, usage culinaire

- Categories : Bienfaits , Recettes vegan

Imaginez des superaliments présent dans les océans depuis des milliards d'années, mais seulement récemment redécouvert pour leurs bienfaits et leurs atouts nutritionnels. Les algues de mer et les microalgues d'eau douce, ces végétaux aux propriétés exceptionnelles, s'invitent de plus en plus dans nos assiettes et aussi dans nos routines beauté en mode do-it-yourself. Et cerise sur lez gâteau, les algues de mer sont des puits de carbone qui stockent le CO2 et ont donc un impact environnement très positif ! Que des atouts !

En effet, la tendance vers une alimentation de plus en plus végétale offre aux algues une place de choix dans l’évolution de nos habitudes alimentaires et de prise de conscience sur notre responsabilité écologique dans nos choix alimentaires. Elles ont déjà largement retenu l’attention de la gastronomie française, en particulier parmi de célèbres chefs étoilés (Julien Lemarié, Xavier Taffart, Mathieu Guibert, Mathieu Kergoulay…) qui les intègrent déjà audacieusement à leurs menus. Cette évolution sociétale est particulièrement pertinente dans le contexte actuel de réduction de la consommation de protéines animales, décriées ces dernières années pour leurs dommages sur la santé et sur l’environnement, notamment parce qu’elles sont consommées en trop grande quantité.

Les algues se distinguent comme une option de grande qualité gustative et nutritionnelle, comme l’ont compris les asiatiques depuis des siècles. Eux doivent les cultiver car ils en consomment de grandes quantités. La consommation annuelle moyenne d’algues au Japon équivalant à la consommation annuelle moyenne de salade verte en France, le potentiel d’intégration des algues dans notre alimentation est immense. Mon ambition est de vous transmettre le désir d’incorporer les algues dans votre alimentation quotidienne, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, non seulement pour leurs exceptionnelles vertus nutritionnelles mais aussi pour le réel plaisir gustatif qu’elles procurent.

Nous avons envie de vous partager notre passion piur ces incroyables aliments du futur, nous avons déjà publié deux ouvrages sur les algues "Algues au quotidien" et "Cuisiner les algues", nous en expédions aux quatre coins de la France chaque mois, et j'en consomme depuis plus de 20 ans au quotidien.

En France, nous avons le luxe que nous envient de nombreux pays de pouvoir les consommer sauvages, cueillies en mer ou dans les estrans, à marée basse comme vous pouvez le voir dans cette vidéo que nous avons réalisée à Roscoff, haut lieu français de la récolte des algues :

Pour comprendre cette vague végétale et marine qui déferle sur nos habitudes alimentaires et cosmétiques, je vous propose d'explorer d'abord les différences entre les algues et les microalgues, leurs bienfaits, en particulier leur richesse en oligoéléments, leurs apports en vitamines, minéraux, protéines et leurs effets positifs sur notre organisme. Nous verrons enfin leurs usages culinaires et cosmétiques.

Quelle est l'histoire des algues dans l'alimentation humaine ? [1] [2]

Mes recherches m'amènent à vous présenter une considération historique anecdotique et marquante et rarement évoquée dans la littérature en dehors de la recherche, celle de la théorie de « l’autoroute du kelp », qui a été proposée pour expliquer les voies de migration humaine le long des côtes riches en forêts de kelp – une macroalgue brune –, de l’Asie à l’Amérique du Nord puis du Sud. Cette théorie de l’autoroute du kelp offre un nouveau regard les migrations humaines préhistoriques le long des côtes pacifiques, et remet, comme on dit "l'église au milieu du village" sur l'importance des algues dans l'évolution de l'humanité, et les faire sortir de leur rôle d'apparat de décoration sur les étals des poissonniers.

Selon cette thèse, les forêts denses de kelp des mer auraient joué un rôle crucial en fournissant nourriture, abri, et ressources pour la navigation et la pêche aux populations migrantes préhistoriques. Cette migration côtière propose une autre option de migration à la route terrestre traditionnellement envisagée via le pont terrestre du détroit de Béring, qui est l'hypothèse la plus couramment présentée. Tom Dillehay, un anthropologue et archéologue renommé de l’université Vanderbilt a découvert sur le site de Monte Verde, au Chili, des traces d’une présence humaine datant d’environ - 18 500 ans, ce qui en fait l’un des sites les plus anciens du continent américain. Les analyses d’ADN ont mis en évidence la présence de restes d’algues dans des excréments humains fossilisés et sur des outils, suggérant une utilisation alimentaire et potentiellement médicinale des algues par les habitants de ce secteur. Ces éléments indiquent que les ressources marines, et en particulier les algues, constituaient une part significative de l’alimentation des premiers peuples des Amériques et qu'elles ont très certainement activement participé au peuplement du continent américain.

Impact positif des algues comme puits de carbone [3] [4] [5]

Photosynthèse et séquestration de carbone

Les algues, à travers le processus de photosynthèse, absorbent le dioxyde de carbone (CO2) présent dans l'atmosphère ou dissous dans les océans. Ce CO2 est converti en biomasse organique, aidant à réduire les concentrations atmosphériques de CO2, un des principaux gaz à effet de serre.

Exportation de CO2 piégé vers le fond océanique

Une partie de la biomasse produite par les algues, notamment dans les grandes étendues d'algues comme les forêts de kelp et les blooms phytoplanctoniques, est transportée vers le fond de l'océan quand ces organismes meurent. Ce processus aide à séquestrer le carbone pour des périodes prolongées.

Production d'oxygène

En plus de séquestrer le carbone, les algues libèrent une quantité significative d'oxygène dans l'atmosphère grâce à la photosynthèse, contribuant à soutenir la vie marine et terrestre.

Que sont les algues de mer et que sont les microalgues?

Voyons maintenant les différences entres les différentes sortes d'algues. Les algues de mer, aussi connues sous le nom de macro algues, sont des organismes végétaux marins qui prospèrent dans les zones côtières. Ces espèces d'algues, aux formes et tailles variées, sont facilement visibles à l'œil nu et peuvent être récoltées à l'état naturel, notamment en Europe. Les trois pays européens qui en récoltent le plus sont la Norvège, la France et l'Irlande. Elles sont utilisées dans divers secteurs économiques et toute une gamme de produits très différentes : alimentation humaine, élaboration de cosmétiques, fabrication de produits pharmaceutiques, engrais...etc

Les microalgues, de leur côté, sont des organismes microscopiques qui, contrairement aux macroalgues, ne sont pas visibles à l'œil nu. Ce groupe inclut également des cyanobactéries, telles que la spiruline, qui sont le plus souvent cultivées dans des eaux douces non salées, souvent contrôlées, telles que des bassins, des bioreacteurs ou sur un lac, comme c'est le cas pour l'algue Klamath. Les microalgues sont reconnues pour leurs qualités nutritionnelles exceptionnelles et leur capacité à être utilisées comme compléments alimentaires de premier plan ou ingrédients dans l'industrie agro-alimentaire. Saviez vous que la spiruline par exemple était un colorant alimentaire très courant pour bonbons (grâce à sa richesse en phycocyanine, une pigment qui est aussi un puissant anti oxydant) ?

Différence entre les algues de mer et les microalgues

La distinction majeure entre les algues de mer et les microalgues se trouve dans leur taille : les macro algues sont des organismes multicellulaires visibles à l'œil nu, tandis que les microalgues sont des êtres unicellulaires microscopiques qui flottent librement comme phytoplancton ou s'attachent aux substrats. Les macro algues ont un thalle qui leur permet de se fixer au fond des mers, alors que les microalgues, étant plus petites et plus légères, sont généralement suspendues dans l'eau.

De plus, les macroalgues se classent en algues vertes, rouges et brunes, en fonction de leurs pigments caractéristiques : chlorophylle, phycoérythrine et fucoxanthine, respectivement. En revanche, les microalgues peuvent présenter une gamme de couleurs plus large, du bleu au vert, en fonction de leur propre composition pigmentaire.

Principales algues de mer

Parmi les espèces d'algues alimentaires les plus connues, voici celles qui sont autorisées à la consommation en Europe. Il est à noter qu'il existe de nombreuses autres algues comestibles, moins communes que celles décrites ci dessous, mais elles ne sont pas commercialisées, car n'ont pas fait l'objet d'un dossier d'agrément européen :

  • Wakamé : Cette algue est un ingrédient de base incontournable dans la cuisine asiatique. C'est la seule à être partiellement cultivée en France (toutes les autres sont récoltées sauvages).
  • Nori : Célèbre car souvent utilisé pour envelopper les sushis ou les makis. C'est celle qui est le plus souvent citée par le grand public.
  • Dulse : Une algue de couleur rouge prisée pour son goût et ses bienfaits nutritionnels. Ingrédient commun du tartare d'algues.
  • Kombu : Utilisé traditionnellement comme exhausteur de goût, en cuisine cette algue diminue le temps de cuisson des légumineuses de moitié.
  • Haricot de mer : Cette algue en forme de haricot est reconnue pour sa texture singulière et sa richesse en nutriments. Le haricot de mer est la première algue que je conseille d'introduire en frais, c'est la plus simple et la plus amusante.
  • Laitue de mer : Cette algue verte tire son nom de sa forme qui rappelle celle de la laitue. Elle est aérienne, délicate et fragile. C'est un ingrédient courant pour la confection du tartare d'algues.
  • Agar-agar : Une algue qui est fréquemment employée en alimentation vivante et en pâtisserie végan comme agent gélifiant naturel (par opposition à la gélatine issue de la peau de porc, gélifiant industriel le plus commun dans l'alimentation humaine)

Les algues brunes comme le wakamé, le kombu, ou le haricot de mer, sont particulièrement appréciées pour leur teneur en sels minéraux et divers composés bénéfiques.

Principales espèces de microalgues

Dans le domaine des microalgues, les plus célèbres, principalement utilisées comme complément alimentaire sont :

  • Spiruline : Cette cyanobactérie est une source importante de protéines biodisponibles et d'acides gras essentiels.
  • Chlorelle : Connu pour sa haute concentration en chlorophylle et ses propriétés détoxifiantes hors normes.
  • Algue Klamath : Cette algue reconnue comme neurorégulateur est aussi réputée pour ses bienfaits sur l'énergie et l'immunité.

La spiruline provient de régions chaudes comme l'Afrique ou l'Asie, tandis que la chlorelle est plus souvent associée au Japon et à Taïwan au niveau de sa provenance. Ces deux algues sont aujourd'hui cultivées sur toute la planète. La Klamath, elle vient d'un site unique en Orégon, aux USA.

Bienfaits des algues de mer et des microalgues

Les algues de mer et microalgues sont aujourd'hui reconnues pour leurs multiples bienfaits sur la santé et le bien-être. Elles constituent de véritables super aliments, très riches en oligoéléments, minéraux essentiels, vitamines et protéines à haute biodisponibilité.

En outre, leurs bienfaits sont multiples : elles jouent un rôle préventif contre certaines pathologies, nourrissent l’organisme de façon optimale et améliorent la santé de la peau en favorisant son hydratation, élasticité et éclat. Les produits cosmétiques à base d’
actifs marins issus des algues profitent de leurs propriétés assimilatrices, amincissantes, anti-bactériennes et antivirales, offrant une protection cutanée exceptionnelle.

De plus, les algues se distinguent comme étant une alternative durable aux protéines animales, offrant un profil nutritionnel riche et complet, incluant des acides gras essentiels et des vitamines telles que les vitamines A, B, C et B12.

Riches en minéraux et oligo éléments

Les algues marines sont de réels réservoirs de nutriments. Elles sont une source incroyable d'iode, élément essentiel pour la thyroïde et le bon fonctionnement métabolique, et contiennent de haut taux de minéraux et d'oligo-élements dans leur masse sèche : calcium, le magnésium, le potassium...Si les minéraux sont faciles à trouver dans notre alimentation, les oligo-éléments peuvent eux, être plus rares et compliqués à trouver, surtout avec :

  • l'industrialisation de notre alimentation
  • le raffinage des céréales
  • l'appauvrissement général des sols qui portent des cultures non biologiques.

Dans les algues, les oligo éléments sont présents en abondance. Ils jouent un rôle vital dans une multitude de réactions métaboliques et enzymatiques de l'organisme. Ces éléments, tels que le fer, le zinc, le cuivre, le manganèse, et le sélénium, agissent comme des cofacteurs pour de nombreuses enzymes impliquées dans des processus cruciaux tels que la synthèse des protéines, la production d'énergie et la régulation du système immunitaire.

Par exemple, le fer est essentiel pour la formation de l'hémoglobine, tandis que le zinc est nécessaire pour l'activité de nombreuses enzymes impliquées dans la digestion des aliments et la régulation du métabolisme.

En outre, les oligo-éléments agissent souvent en synergie les uns avec les autres, renforçant ainsi leur efficacité dans le maintien de la santé et du bien-être. Les oligo éléments n'ont pas besoin d'être présents en quantité importante car ce sont des catalyseurs des réactions métaboliques, qu'on retrouve en fin de réaction, intacts. D'où viennent ces oligo éléments présents dans les algues ? De l'eau de mer bien sûr, la matrice liquide où elles grandissent !

Je vous explique leur importance dans cette vidéo consacrée à l'eau de mer, qui apporte elle aussi de nombreux oligo éléments que l'on retrouve dans les algues :

Source d'acides aminés et d'acides gras essentiels

Les algues sont particulièrement remarquables pour leur teneur complète en acides aminés essentiels, essentiels pour la construction et la réparation des tissus musculaires. Les espèces telles que la chlorelle, la spiruline et certaines algues rouges fournissent des quantités proportionnelles d'acides aminés comparables à celles des sources animales. Elles offrent aussi une riche source d'acides gras polyinsaturés, y compris des oméga-3, 6 et 9, indispensables à de nombreuses fonctions vitales, notamment la santé cardiovasculaire et cérébrale.

Apport en vitamines

Les algues de mer sont une excellente source de vitamines diverses. Elles offrent une variété de vitamines solubles dans l'eau, telles que les vitamines du groupe B (B1, B2, B3, B5, B6, B9) qui jouent un rôle essentiel dans le métabolisme énergétique et la santé du système nerveux. Les algues de mer contiennent également de la vitamine C, un puissant antioxydant nécessaire à la croissance et à la réparation des tissus.

De plus, les algues sont riches en vitamines liposolubles, comme la vitamine A, qui contribue à la santé de la vision et de la peau, et la vitamine E, qui protège les cellules du stress oxydatif. Certains types d'algues, comme le dulse, sont également une source de provitamine A, ou bêta-carotène, un précurseur de la vitamine A.

En outre, les algues de mer contiennent des quantités significatives de vitamine K, qui est essentielle pour la coagulation sanguine et la santé des os, ainsi que de petites quantités de vitamine D, qui joue un rôle clé dans l'absorption du calcium et la santé des os.

Il est également important de noter que les algues de mer sont une source naturelle de vitamine B12, cette vitamine est principalement présente dans les produits d'origine animale. La science n'a pas encore tranché sur le niveau de biodisponibilité de la vitamine B12 provenant des algues.

Algues et perte de poids

Éminemment bénéfiques pour la santé, les algues marines et les microalgues disposent de propriétés uniques : les études montrent qu'elles peuvent réduire le cholestérol et la tension artérielle, tout en ayant un effet positif sur le métabolisme du glucose, ce qui est particulièrement intéressant pour les personnes diabétiques. L'apport de fibres alimentaires contribue également à une bonne digestion et à un sentiment de satiété prolongé.

Usages culinaires des algues de mer et des microalgues

Nous l'avons vu, les algues de mer et les microalgues sont de plus en plus populaires dans nos assiettes, offrant non seulement un éventail de bienfaits pour la santé, mais aussi une richesse en saveurs et une diversité d'utilisation en cuisine.

Les méthodes de préparation modernes ont permis d’élargir l’éventail d’utilisations, incluant ainsi les algues séchées pour la confection de sushis avec du nori, d'enrichissantes soupes miso avec du wakamé, ou pour relever le goût de divers plats en tant que condiments comme le tartare d'algues, que je vous conseille d'avoir comme condiment universel dans votre réfrigérateur.

Utilisation des algues dans la cuisine traditionnelle en Asie

Depuis des siècles, la cuisine traditionnelle japonaise intègre les algues dans ses recettes. Leur consommation régulière est associée à des bienfaits pour la santé tels que la prévention et le contrôle du diabète, de l'hypercholestérolémie, de l'hypertension et des maladies cardiovasculaires. On les trouve au Japon et dans d'autres pays du sud est Asiatique sous de multiples formes – en salades, intégrées aux sauces, aux tartes, bouillons, soupes ou en accompagnement de nombreux autres mets. Un bouillon de base très répandu est le Dashi, préparé avec de l'algue Kombu et des flocons de bonite, et qui sert de fond culinaire pour une multitude de plats japonais.

Préparation et incorporation des algues dans les plats

Les algues s'invitent idéalement dans l'alimentation végétarienne, souvent consommées crues pour préserver l'ensemble de leurs nutriments, c'est comme cela que je vous conseille de commencer à les consommer. Pour les intégrer en cuisine, je vous invite à commencer par des algues déshydratées sous forme de paillettes, et les algues sous forme de feuilles pour passer progressivement aux algues fraîches.

Les paillettes d'algues déshydratées à basse température, comme le mélange dulse - laitue de mer peuvent être conservées plusieurs mois / années à l'abri de la lumière et de la chaleur. Quant aux algues fraîches, elles se conservent 6 mois au réfrigérateur. Avant utilisation, les algues fraîches seront dessalées et égouttées puis incorporées à diverses préparations, offrant une multitude de possibilités culinaires aussi bien dans des recettes salées que sucrées. Vous pouvez aussi utiliser les algues fraiches pour élaborer votre tartare d'algues maison, qui ne vous quittera plus !

Usages cosmétiques des algues de mer et des microalgues

Propriétés bénéfiques pour la peau et les cheveux

L'emploi de produits cosmétiques à base d'algues assure un teint éclatant et une peau nourrie en profondeur, grâce à une composition riche en vitamines, minéraux, protéines et antioxydants. Les algues marines ont un effet amincissant, photo-protecteur, anti-bactérien et anti-viral pour la peau.

Elles apportent des acides gras, antioxydants et oligo-éléments favorisant le raffermissement cutané. Les algues brunes, telles que les laminaires et le fucus, sont réputées pour leurs vertus hydratantes et apaisantes, contribuant à la protection et à la restauration de l'épiderme. Ces bienfaits se répercutent également sur les cheveux, les algues apportant nutrition et vigueur, et améliorant ainsi leur volume et éclat.
Vous retrouverez des conseils de préparations cosmétiques dans notre ouvrage "algues au quotidien".

Mécanismes de défenses contre le vieillissement cutané

Il est important de savoir que les métabolites secondaires et les antioxydants des algues contribuent activement à la lutte contre le vieillissement cutané. Ils maintiennent l'hydratation tout en protégeant contre le dessèchement et le stress environnemental. Les algues vertes offrent une protection contre les rayons UV, tandis que les rouges présentent des qualités hydratantes et anti-âge. Grâce à un arsenal de composés nutritifs tels que les acides gras, oligo-éléments et les oméga 3, 6, 9, les algues soutiennent le renouvellement cellulaire, préservent la souplesse des fibres de collagène et d'élastine et combattent ainsi le vieillissement prématuré de la peau.

Quelles sont les algues de mer que l’on peut trouver en France ?

Le kombu

Le kombu, connu sous le nom de reine des algues, joue un rôle essentiel dans l'alimentation asiatique, en particulier au Japon. Cette algue brune se développe principalement dans les eaux froides de l'Asie du Nord et de l'Atlantique Nord, formant de vastes forêts sous-marines qui servent d'habitat vital pour de nombreuses espèces marines. Récolté traditionnellement à la main, le kombu est célèbre pour ses frondes ondulées qui peuvent atteindre plusieurs mètres de long.

Côté nutrition, il est extrêmement riche en minéraux essentiels tels que l'iode et le potassium, et contient des polysaccharides bénéfiques tels que l'alginate et le fucoïdane. Ces composés favorisent la détoxification et offrent des bienfaits anti-inflammatoires. Sur le plan culinaire, le kombu ajoute de la saveur aux bouillons tels que le dashi, améliore la digestibilité des légumineuses en réduisant leur temps de cuisson et est considéré comme un superaliment en raison de sa densité nutritionnelle. Il est souvent consommé sous forme de compléments alimentaires. De plus, le kombu est l'algue marine la plus riche en calcium.


Kombu biovie

Le nori

Le nori est une algue marine souvent citée lorsque l'on parle d'algues comestibles. On trouve différentes espèces de nori, dont la plus courante en Europe est la Porphyra Umbilicalis. Très populaire, l'algue nori est idéale pour débuter dans la cuisine aux algues, tout comme le haricot de mer. On peut facilement trouver des feuilles de nori dans les commerces, même si elles ne sont pas déshydratées à basse température, comme c'est recommandé. Ces feuilles sont parfaites pour faire des sushis ou des makis, en version végétale et crue, avec des feuilles de nori déshydratées à basse température.

Le nori est une algue qui possède de nombreux bienfaits pour la santé. Il pousse sur les rochers des zones intertidales des mers froides, exposé à l'air à marée basse et submergé à marée haute. Il est récolté toute l'année, avec un pic entre novembre et février. Bien que largement cultivée en Asie, cette algue est sauvage en France. Malgré son apparence fine et délicate, le nori est riche en antioxydants, en tanins, en composés phénoliques et d'autres antioxydants qui aident à combattre les radicaux libres. Il contient également environ 40% de protéines, ce qui en fait un aliment de choix en cuisine végétale. De plus, le nori est une source rare de
vitamine B12 dans le règne végétal, bien que sa biodisponibilité reste à consolider scientifiquement.

Nori Biovie

La dulse

La dulse, également connue sous le nom scientifique de Palmaria palmata, est une algue rouge prisée pour ses qualités uniques. Originaire des côtes de l’Atlantique Nord, elle se développe dans des eaux froides et riches en nutriments, principalement dans la région de Roscoff où elle s'accroche aux rochers. La récolte de la dulse se fait manuellement lors des grandes marées à marée basse. Cette algue se distingue par ses thalles pouvant atteindre jusqu'à 50 cm de long, de couleur pourpre à rouge foncé, et présentant une texture tendre et légèrement croquante.

Du point de vue nutritionnel, la dulse est très intéressante car elle apporte des vitamines, du fer, du magnésium, du calcium, du potassium et des protéines (jusqu'à 25% de son poids sec). Cela en fait un aliment de choix pour les végétariens et les végétaliens. De plus, elle contient des acides gras oméga-3 et des antioxydants qui aident à lutter contre le stress oxydatif.

Sur le plan culinaire, la dulse est appréciée pour sa saveur unique, légèrement fumée et iodée, avec une note de noisette. Cela la rend particulièrement attrayante dans les plats végétaliens crus. Elle peut être utilisée fraîche, telle quelle, ou sous forme de paillettes pour enrichir différents plats. Par exemple, lorsqu'elle est incorporée dans des bouillons, elle ajoute de la profondeur de saveur et une touche iodée délicate. La dulse est également souvent utilisée comme ingrédient principal dans les tartares d'algues, un condiment qui permet de consommer facilement et régulièrement des algues au quotidien.

Dulse biovie

La laitue de mer

La laitue de mer est une algue marine qui, malgré sa couleur verte, n'a rien à voir avec les marées d'algues vertes liées à la pollution. Cultivée dans des eaux oxygénées et nutritives, elle est récoltée à la main dans les zones intertidales. Visuellement, la laitue de mer se reconnaît à sa texture légère et à ses larges feuilles vertes, qui peuvent s'étendre jusqu'à 30 cm. Sur le plan nutritionnel, cette algue, également connue sous le nom d'Ulva lactuca, est très intéressante. Elle est riche en antioxydants, tels que les composés phénoliques, qui luttent contre le stress oxydatif.

De plus, elle est une source importante de nutriments essentiels comme les vitamines C, E, du groupe B, l'iode, le potassium, le magnésium et le fer. Avec une teneur en protéines d'environ 20 %, la laitue de mer est également pertinente pour les végétariens et les végans, bien qu'elle ne soit pas l'algue la plus riche en protéines. En cuisine, cette algue offre une saveur fraîche et subtilement salée. Elle peut être utilisée fraîche dans des salades pour une note marine raffinée, ou séchée comme condiment pour ajouter une dimension iodée à vos plats. La laitue de mer est souvent associée à la dulse pour préparer des tartares d'algues, offrant ainsi un contraste visuel original.

Laitue de mer biovie

Le wakamé

Le wakamé, algue brune largement utilisée dans la cuisine japonaise, mérite d'être mieux connu en Europe. Outre sa texture agréable, cette algue regorge de nutriments essentiels. Le wakamé pousse dans les eaux peu profondes, s'accrochant aux rochers dans des zones riches en nutriments.

En France, on la trouve à la fois récoltée à l'état sauvage et cultivée, et elle pourrait potentiellement couvrir les besoins du marché à moyen terme. Le wakamé se caractérise par ses longues et ondulantes frondes d'une teinte vert-brun, fermement ancrées aux rochers par des crampons robustes. Du point de vue nutritionnel, le wakamé est une source précieuse de nombreux nutriments essentiels. Il contient environ 15% de protéines en poids sec, ainsi que des minéraux tels que le calcium, le magnésium, l'iode et le fer. Il est également riche en vitamines du groupe B, notamment la vitamine B9 (folate).

Cette algue renferme des acides gras oméga-3 ainsi que du fucoïdane, un polysaccharide sulfaté unique aux algues brunes, reconnu pour ses effets bénéfiques potentiels, notamment pour la santé cardiovasculaire. Côté cuisine, le wakamé peut être utilisé de différentes manières. Frais, il apporte une touche marine rafraîchissante aux salades. Réhydraté, il retrouve une texture tendre, idéale pour enrichir salades et plats froids. Il est aussi un ingrédient incontournable des soupes, avec sa saveur umami caractéristique, telles que la célèbre soupe miso japonaise.

Wakame biovie

Les haricots ou spaghettis de mer

C’est l’algue la plus facile à intégrer en cuisine, elle s’ajoute simplement à de nombreux plats telle qu’elle, sans préparation. Cette algue brune, Himanthalia elongata, se distingue par ses longues pousses rappelant des spaghettis ou des haricots. Elle se retrouve dans des zones marines où l’eau circule abondamment et où les vagues sont modérées à fortes. Le haricot de mer prospère facilement et sa récolte a lieu tout au long de l’année. Son habitat naturel, favorisant une excellente circulation d’eau, lui facilite l’accès aux nutriments essentiels, ce qui se reflète dans sa composition nutritionnelle remarquable. Au niveau morphologique, le haricot de mer se démarque par ses pousses allongées pouvant atteindre jusqu’à 2 mètres.

Du point de vue de la nutrition, le haricot de mer est riche en minéraux tels que le magnésium, le potassium et le calcium, il est particulièrement reconnu pour son apport exceptionnel en iode, vital pour la santé thyroïdienne. De plus, sa richesse en fucoxanthine, un puissant antioxydant trouvé dans les
algues brunes, contribue à neutraliser les radicaux libres et à ralentir le vieillissement cellulaire. Sa haute teneur en fibres favorise également une digestion saine. Sur le plan culinaire, le haricot de mer est apprécié par sa texture singulière et sa saveur délicatement salée. Qu’il soit consommé cru dessalé ou sous forme de paillettes déshydratées à basse température, il s’intègre parfaitement à une multitude de plats, enrichissant notamment les salades d’une touche iodée et les bouillons d’une saveur unique. C’est, après le nori, la seconde algue à proposer largement. Son goût moins marqué que ses congénères et sa forme originale en font une algue particulièrement simple à intégrer dans sa cuisine.

Haricot de mer biovie

Les microalgues

Algue klamath [6] [7] [8]

Origine

J'ai choisi de vous parler en premier de la reine des microalgues, la plus méconnue et la plus incroyable : l'algue klamath. La microalgue bleu-vert appelée Klamath, scientifiquement connue sous le nom d'Aphanizomenon flos-aquae (AFA), provient du lac Klamath en Oregon, aux États-Unis. Elle est réputée pour ses incroyables bienfaits nutritionnels. Grâce à la géographie unique de cette région, ainsi qu'au climat particulier enrichi par les eaux des volcans éteints environnants, la Klamath prospère de manière sauvage dans le lac Klamath, alimenté par des eaux d'origine volcaniques.

Klamath biovie

Elle est récoltée principalement pendant les périodes de floraison estivale, de manière imprévisible, directement dans le lac. La composition exceptionnelle de la Klamath en fait un superaliment hors du commun, surpassant souvent la spiruline en termes de propriétés nutritionnelles et détoxifiantes. En effet, cette microalgue est riche en protéines, vitamines, antioxydants,
acides aminés essentiels, oméga-3, chlorophylle et phycocyanine.
Nous avons pu participer à une récolte en Orégon, à l'occasion d'une des floraisons annuelle :

Bienfaits de la klamath

Malgré son origine naturelle et son absence de culture, la Klamath bénéficie encore aujourd'hui de peu d'études scientifiques spécifiques, contrairement à la chlorelle et à la spiruline, qui sont plus populaires. Récoltée uniquement dans le lac Klamath en Oregon aux États-Unis, cette algue est principalement connue pour ses effets neuro-régulateurs. Ses propriétés sont notamment étudiées chez les enfants souffrant de troubles de l'attention ainsi que chez les personnes âgées qui font face à une dégénérescence de leurs capacités cognitives. Elle est considérée comme une super algue pour le cerveau. La forme la plus recommandée pour une utilisation optimale est celle de la Klamath fraîche et surgelée, disponible en Europe. Parmi ses propriétés bénéfiques, on peut notamment citer la présence abondante de phényléthylamine dans la Klamath :

Action de la klamath sur l'amélioration de l’humeur

La klamath est connue pour ses propriétés bénéfiques sur la cognition et l'humeur. En effet elle est particulièrement riche en phényléthylamine (PEA), un composé biochimique naturel qui joue un rôle dans l'amélioration de l'humeur et la concentration. Le PEA, souvent surnommé le "composé de l'amour", est réputé pour son effet positif sur la sensation de bien-être. Des études suggèrent que le PEA peut contribuer à l'amélioration de l'attention et de l'humeur, ce qui en fait un complément potentiellement bénéfique pour les personnes souffrant de troubles de l'attention ou de dépression légère.

Action néurorégulatrice de la klamath

En plus de ses propriétés antioxydantes, la klamath est également une source d'acides gras oméga-3, essentiels au bon fonctionnement du cerveau. Ces acides gras favorisent la santé des membranes cellulaires, y compris celles des neurones. Des études ont montré que les oméga-3 peuvent améliorer la mémoire et prévenir le déclin cognitif. Ainsi, la klamath peut contribuer à maintenir les capacités cognitives et préserver la santé du cerveau.

Grâce à son action neuro-régulatrice, la klamath est étudiée chez les enfants souffrant de troubles de l'attention, ainsi que chez les personnes âgées face à une dégénérescence cognitive. Elle est considérée comme une "super algue pour le cerveau". Pour une utilisation optimale, il est recommandé de consommer la klamath fraîche et surgelée, plutôt que sous forme déshydratée.

La spiruline [9] [10] [11] [12]

Origine de la spiruline

La spiruline, une microalgue de couleur bleu-vert appartenant à la famille des cyanobactéries, a une histoire fascinante. Elle est reconnue comme l'un des organismes les plus anciens sur Terre, jouant un rôle crucial dans l'oxygénation de notre atmosphère depuis environ 3,5 milliards d'années. Autrefois consommée sous forme de galettes séchées appelées "dihé" par les populations autochtones autour du lac Tchad, la spiruline a été redécouverte en 1964 par une équipe ethnologique française, marquant ainsi le début de sa reconnaissance mondiale en tant que superaliment. Cette microalgue exceptionnelle possède des propriétés nutritionnelles remarquables et a attiré l'attention de l'Organisation pour l'Alimentation et l'Agriculture (FAO), qui a souligné son potentiel dans la lutte contre la malnutrition. Grâce à sa culture écologique et sa richesse en protéines, la spiruline a depuis les années 1970 été valorisée comme une solution durable pour les communautés des pays en développement et un complément alimentaire de premier choix.

En France, le CFPPA de Hyères est un établissement qui se démarque par ses formations de renom sur la culture de la spiruline. Reconnues par l'État depuis plus de vingt ans, ces formations offrent trois programmes distincts : initiation, perfectionnement et application humanitaire de la spiruline. Cette initiative témoigne de l'engagement de la France dans la promotion de cette microalgue en tant que ressource nutritionnelle durable. Il convient de souligner que cette formation, accessible au public en France, est unique en son genre à travers le monde.

Spiruline biovie

Quels sont les bienfaits de la spiruline ?

La spiruline est reconnue pour ses nombreux bienfaits, tant sur le plan nutritionnel que thérapeutique. Elle est souvent recommandée aux personnes qui adoptent un régime végan et qui ont besoin de diversifier leurs apports alimentaires, car ce type de régime peut contenir des aliments moins denses en nutriments que ceux d'un régime omnivore. La spiruline est une excellente source de protéines de haute qualité, contenant tous les acides aminés essentiels. Elle est également riche en vitamines, notamment en vitamine B12 dont la forme bioactive pour l'humain est encore sujette à débat. Elle renferme également des minéraux tels que le fer et le magnésium, ainsi que des antioxydants tels que la chlorophylle, la phycocyanine et le bêta-carotène. En plus de renforcer le système immunitaire et d'améliorer l'endurance et la résistance, elle favorise la détoxification de l'organisme (bien que dans une moindre mesure que la chlorelle) et contribue à la santé des yeux et au bon fonctionnement du système cardiovasculaire.

Voici un résumé des principaux bienfaits de la spiruline :

Renforcement du système immunitaire : La spiruline contient de la phycocyanine, un pigment qui stimule la production de cellules immunitaires, renforçant ainsi notre système de défense naturel.

Lutte contre la malnutrition : Grâce à sa richesse en nutriments essentiels, la spiruline est utilisée dans des programmes de supplémentation alimentaire pour lutter contre la malnutrition, en particulier chez les enfants dans les pays en développement.

Prévention des maladies chroniques : Les antioxydants présents dans la spiruline, comme le bêta-carotène et la phycocyanine, contribuent à prévenir les maladies chroniques causées par le stress oxydatif, telles que certains types de cancer et de maladies cardiovasculaires.

Amélioration de la santé gastro-intestinale : Grâce à ses propriétés anti-inflammatoires et sa capacité à stimuler la croissance de microorganismes bénéfiques, la spiruline favorise la santé de la flore intestinale et peut aider à prévenir les troubles digestifs.

La chlorelle [13] [14] [15] [16] [17]

Origine de la chlorelle

La chlorelle, une microalgue unicellulaire d'eau douce, est un vestige vivant des premières formes de vie sur terre. Découverte à la fin du XIXe siècle par le botaniste hollandais M. W. Beijerinck (1851-1931), elle possède la capacité unique de se développer de manière autonome dans l'eau grâce à la photosynthèse. Historiquement, la chlorelle a joué un rôle crucial dans la transformation de l'atmosphère terrestre primitive, contribuant de manière significative à la production d'oxygène et permettant ainsi l'émergence de la vie telle que nous la connaissons aujourd'hui.

Chlorelle biovie

Quels sont les bienfaits de la chlorelle ?

La chlorelle est une microalgue qui se distingue par sa richesse en chlorophylle. Ce pigment vert est essentiel pour réaliser la photosynthèse chez les végétaux, permettant à la plante de capturer la lumière du soleil et de produire de l'énergie. La chlorophylle est également reconnue pour ses nombreux bienfaits pour la santé. Elle aide notamment à détoxifier l'organisme, à favoriser la digestion, et à renforcer le système immunitaire. De plus, la chlorophylle est souvent comparée à l'hémoglobine, la protéine responsable du transport de l'oxygène dans le sang. Bien que les deux molécules aient des structures très similaires, la chlorophylle est composée d'un atome de magnésium, tandis que l'hémoglobine contient du fer. La chlorophylle soutiendrait la production d'hémoglobine, même si des recherches restent à faire dans ce domaine.

En raison de sa capacité à se lier aux métaux lourds, la chlorelle est un complément idéal dans les programmes de détoxification. Elle contribue à nettoyer l'organisme en éliminant les accumulations toxiques. Voici quelques exemples de situations où l'utilisation de la chlorelle est recommandée, en association avec de l'ail et de la coriandre :

  • Après le retrait d'amalgames dentaires contenant des métaux et/ou des métaux lourds, ou en cas d'exposition prolongée à des amalgames dentaires contenant du mercure.
  • En cas d'exposition accidentelle aiguë ou chronique à des polluants dans un environnement professionnel mal protégé, comme les agriculteurs manipulant des pesticides ou les ouvriers travaillant dans des usines où l'air ou les liquides sont pollués.
  • Pour les personnes qui consomment régulièrement de gros poissons qui bioaccumulent les métaux lourds dans la chaîne alimentaire, afin de réduire leur exposition à ces substances nocives.
  • En cas d'exposition au plomb à travers d'anciennes peintures au plomb ou des conduites d'alimentation en eau au plomb non remplacées.
  • Pendant le sevrage tabagique, afin de faciliter l'élimination de la nicotine accumulée au niveau cellulaire.

Il est important de souligner que la chlorelle doit être utilisée avec précaution et sous la supervision d'un professionnel de la santé, notamment pour évaluer la posologie et la durée d'utilisation appropriées à chaque situation individuelle, en particulier si des médicaments sont consommés, car la chlorelle peut interagir avec ceux cis.

Deux recettes à base d'algues de mer pour débuter

Voici deux recettes de base que nous réalisons tous les mois - pour ma part depuis 25 ans - qui vont vous permettre d'ajouter très facilement des algues à votre table, sans chambouler vos habitudes alimentaires, et qui vous permettront aussi de ravir vos convives, vos amis ou votre famille si l'idée vous venait de leur partager vos trouvailles. Le tartare est un condiment incontournable et vous pourrez lui dédier une place spéciale dans votre réfrigérateur !

Tartare d'algues fraiches aux capres et à l'aneth d'Eric

Ingrédients :

- 150 g d'algues dulse biologique
- 150 g d'algues laitue de mer biologique
- le jus d'1 citron frais
- 1 échalote ou 1 petit oignon
- 2 gousses d'ail
- 5 cornichons
- 1 pot de capres
- un bouquet d'aneth si vous en avez (on en trouve facilement de la surgelée sinon)
- 1 verre d'huile d'olive

Préparation de la recette :

Rincez au moins trois fois les algues séparément; il reste souvent du sel.Egouttez-les bien, en les pressant dans vos mains. Placez dans le bol du mixer, l'échalote, les gousses d'ail (desquelles vous aurez préalablement ôté le germe central), les cornichons et mixez.Rajoutez les algues, le jus de citron, et la moitié du verre d'huile d'olive et re-Mixez. Mais pas trop longtemps, pour ne pas en faire de la purée non plus...Vérifiez l'assaisonnement et la texture, et rajoutez éventuellement un peu de poivre, et le reste de l'huile si cela parait trop sec.Il se garde très bien au frais par la suite au moins une semaine, donc n'en faites pas trop à la fois non plus !Le top du tartare c'est avec un avocat en garniture !.

Makis crus végans

Un rouleau de maki cru végan est une préparation cylindrique réalisée en roulant des ingrédients à l’intérieur d’une feuille d’algue nori scellée avec un peu d’eau. Ils ressemblent aux rouleaux de nori des restaurants japonais où ils sont fréquemment proposés.

Utilisation des makis crus végans :

• Ils constituent un repas facile à préparer et permettent de manger une grande variété de légumes, y compris des graines germées.

• C’est un plat festif toujours très apprécié et attrayant pour le regard: coupez le rouleau en 6 à 8 tranches pour offrir l’apparence d’un sushi.

• Permet de réaliser des petits amuse bouches : placez une fine ligne de pâté végétal à l'intérieur, roulez, tranchez et déshydratez.

Recette de Base

1 feuille de nori déshydratée basse température
1 tasse de pâté végétal de noix / graines ou 3 tranches d’avocat ou 1 tasse de salade marinée
1 tasse de légumes finement râpés
1 échalote ou 1 asperge
2 bâtonnets de poivron rouge / concombre / carotte
½ tasse de graines germées
Voici quelques suggestions d’autres ingrédients possibles : jeunes pousses, carotte, radis, cornichon, céleri, bref tout légume en bâtonnets. Servez les rouleaux de nori avec votre sauce favorite, par exemple une sauce «trempette» sésame/gingembre (huile de sésame, ail,gingembre, jus de citron, Tamari ou Shoyu).

Technique des makis crus végan

  1. Un petit tapis en bambou spécial sushi est très pratique, quoique non indispensable. Posez le tapis à sushi sur une surface plane. Alignez le bord d’une feuille de nori avec le bord du tapis à sushi le plus près de vous. Vous roulerez le sushi à partir de ce bord.

  2. Tous les ingrédients seront placés sur la feuille de nori en ligne horizontale de façon à ce que si vous coupez le rouleau à n’importe quel endroit, vous obtiendrez une section de tranche identique. Commencez avec les ingrédients humides (pâté, avocat, salade marinée) et positionnez une ligne de cet ingrédient le long de la feuille.

  3. Placez ensuite les autres ingrédients que vous souhaitez inclure, toujours en ligne le long de votre feuille.

  4. Préparez-vous à rouler ! Utilisez vos doigts pour humidifier le bord de la feuille le plus éloigné de vous à l’aide d’eau pure. Cela permettra de sceller le rouleau lorsque vous aurez terminé l’enroulement. Le premier tour de rouleau est le moment le plus délicat du processus. Soulevez le tapis à sushi avec la feuille de nori et les premières lignes d’ingrédients et emportez l’ensemble par-dessus les dernières lignes d’ingrédients tout en maintenant l’ensemble serré pour réaliser le premier tour.

  5. À ce moment, relâchez le tapis, tirez le vers l’avant en roulant la fin de la feuille de nori. Quand vous soulevez le tapis, assurez-vous que la feuille soit bien serrée en dessous, pour que vous puissez terminer l’enroulement.

  6. Laissez reposer le rouleau au moins 5 à 10 minutes avant de le découper. Cela ramollira un peu la feuille de nori et permettra de la couper plus facilement et plus proprement.

  7. Découpez de préférence avec un couteau en céramique et servez !

shushis makis biovie


Addendum règlementation et récolte en mer

Règlementation en vigueur

Cette question est rarement abordée, mais elle revient cependant souvent. La récolte d’algues en France, notamment en Bretagne, où sont récoltés 90% de la production française, est soumise à une réglementation qui assure la durabilité de cette ressource. Le pays suit le règlement européen bio 710/2009 et le règlement (UE) 2018/848, qui imposent des standards élevés pour la certification biologique des algues.

Ces règlements très rigoureux se focalisent sur la qualité des eaux et les pratiques de récolte, distinguant clairement la récolte de la culture d’algues. La qualité de l’eau est essentielle, et la récolte bio est permise seulement dans des zones ayant une eau de très bon état écologique (catégorie A ou B).

L’Institut national de l’origine et de la qualité (INAO) est chargé de l’application de ces règles en France​​. La récolte est soumise à des restrictions horaires (du lever au coucher du soleil) et à des conditions spécifiques selon l’espèce d’algue.

La question des métaux lourds

L’éventuelle présence de métaux lourds dans les algues a fait l’objet de nombreuses études menées en Bretagne qui ont montré que les environnements de récolte traditionnellement utilisés, comme à Roscoff, ainsi que les quantités de métaux lourds présentes dans les algues sont trop faibles pour constituer un danger.

Les eaux bretonnes, où nos algues bio sont récoltées, sont considérées comme très saines et ne présentent pas de risque de pollution significative par les métaux lourds. La réglementation française et européenne encadre strictement la récolte et la commercialisation des algues pour garantir la qualité des produits et la préservation des écosystèmes marins. Les contrôles sur la qualité des eaux et les bonnes pratiques de récolte sont essentiels pour maintenir la durabilité de cette ressource. Roscoff où sont récoltées les algues bio que nous commercialisons héberge d'ailleurs une station Ifremer, différentes thalassos marines et la région bénéficie d'un classement UNESCO.

Si l’on met les algues en perspective avec d’autres êtres vivants issus du milieu marin, il faut savoir que les algues se développent par osmose et possèdent donc uniquement le niveau de pollution éventuel de leur environnement sans le concentrer, contrairement aux coquillages qui filtrent et aux poissons qui bioaccumulent le long de la chaîne alimentaire.

Les coquillages

Certains coquillages sont reconnus comme bioindicateurs efficaces pour évaluer la qualité de l’environnement marin. Parmi eux, les huîtres (notamment l’huître creuse Crassostrea gigas) et les moules (Mytilus edulis) sont fréquemment utilisées dans les études de surveillance environnementale. Ces espèces accumulent les métaux lourds et d’autres polluants, reflétant ainsi les niveaux de contamination de leur habitat. Leur utilisation aide les chercheurs et les organismes de surveillance à évaluer l’impact des activités humaines sur les écosystèmes marins.

Les grands poissons

De nombreux polluants organiques persistants (POP), comme les PCB et les DDT, ainsi que de nombreux métaux lourds sous formes organiques, comme le méthylmercure, sont liposolubles. Cela signifie qu’ils peuvent s’accumuler dans les tissus adipeux des poissons et persister dans l’environnement, conduisant à une bioaccumulation et une bioamplification le long de la chaîne alimentaire. Cette propriété liposoluble contribue à la persistance et à la toxicité de ces substances pour les poissons marins et les êtres humains qui les consomment.

Schématiquement, un grand poisson doit consommer environ dix kilos de matière vivante pour produire un kilo de sa propre chair. Si cette matière contient des métaux lourds, la concentration de ces substances liposolubles dans le poisson augmente significativement à chaque niveau de la chaîne alimentaire. Les grands prédateurs marins de fin de chaîne tels que thons et espadons peuvent présenter ainsi des taux de métaux lourds plus élevés​ que de plus petits poissons comme les maqueraux ou sardines. Une anecdote emblématique illustrant ce propos est révélée par Otto Brockway et Ludo Brockway, les réalisateurs du film documentaire Manger nous mènera à l’extinction où le coach mondialement connu Anthony Robbins révèle qu’il était intoxiqué au mercure à force de manger des grands poissons comme le thon et l’espadon, à tel point qu’il s’est effondré sur scène et qu’il a cru à un empoisonnement volontaire et mal intentionné pour l’éliminer. Ce passage est visible en accès libre ici :

C'est à vous : les algues dans votre cuisine !

Nous l'avons vu, les algues de mer et les microalgues, rassemblent de très nombreux bienfaits pour la santé et leur impact sur l'environnement est positif car ce sont des puits à C02. Leur richesse en nutriments essentiels, en antioxydants puissants et en acides gras oméga-3 fait d'elles des alliées précieuses pour maintenir un mode de vie sain.

Sur le plan culinaire, les algues de mer apportent une saveur unique et exotique aux plats, et peuvent être utilisées dans une variété de recettes : des salades, aux sushis végans en passant par les soupes et une multitude de plats. Leur teneur en minéraux et leur faible teneur en calories en font également un aliment idéal pour ceux qui cherchent à contrôler leur poids.

En cosmétique, les bienfaits des algues de mer et des microalgues ne sont pas négligeables. Leurs propriétés hydratantes, régénérantes et anti-âge en font des ingrédients clés dans de nombreux produits de soins de la peau et de cheveux. Les algues marines peuvent aider à hydrater et à revitaliser la peau, améliorer l'élasticité et la fermeté, et même réduire l'apparence des rides et des taches de vieillesse.

Alors, pourquoi ne pas plonger tout de suite dans l'univers des algues et profiter de tous les bienfaits qu'elles ont à offrir ?

Références par ordre d'apparition des paragraphes :

Historique :

[1] Dillehay, T.D., et al. (2008). "Monte Verde: Seaweed, Food, Medicine, and the Peopling of South America." Science, 320(5877), 784-786.
[2] Erlandson, J.M., et al. (2007). "The Kelp Highway Hypothesis: Marine Ecology, the Coastal Migration Theory, and the Peopling of the Americas." The Journal of Island and Coastal Archaeology, 2(2), 161-174.

Captation du CO2 / fonction puit de carbone :

[3] Munoz, R., Guieysse, B., Algal CO2 capture for carbon capture and storage integration: an in-depth exploration of future scenarios. Energy Environ. Sci. 6, 2726–2738 (2013).
[4] Davis, R., Aden, A., Pienkos, P.T., Techno-economic analysis of autotrophic microalgae for fuel production. Appl. Energy 88, 3524–3531 (2011).
[5] Beer, T., Hebb, A., High-rate algal pond scrubbing of CO2 from flue gas for producing biodiesel. Environ. Sci. Technol. 42, 9495–9500 (2008).

Klamath :

[6] Benedetti, S., et al. (2012). "Effects of a Standardized Extract of Aphanizomenon flos-aquae on Cognitive Performance: A Pilot, Double-blind, Randomised, Placebo-controlled Study." Nutritional Neuroscience, 15(6), 278–286. DOI: 10.1179/1476830512Y.0000000026.
[7] Scoglio, S., et al. (2018). "The Role of Aphanizomenon flos-aquae (AFA) Extract in Inducing Neuroprotective Effects and Modulating Systemic Inflammatory Responses: A Pilot Study." International Journal of Molecular Sciences, 19(8), 2195. DOI: 10.3390/ijms19082195.
[8] Jensen, G.S., et al. (2001). "Consumption of Aphanizomenon flos-aquae Has Rapid Effects on the Circulation and Function of Immune Cells in Humans." Journal of Medicinal Food, 4(1), 27–34. DOI: 10.1089/10966200152053666.

Spiruline :

[9] Selmi, C., Leung, P.S., Fischer, L., German, B., Yang, C.Y., Kenny, T.P., Cysewski, G.R., & Gershwin, M.E. (2011). The effects of Spirulina on anemia and immune function in senior citizens. Cellular & Molecular Immunology, 8(3), 248-254.
[10] Karkos, P.D., Leong, S.C., Karkos, C.D., Sivaji, N., & Assimakopoulos, D.A. (2011). Spirulina in Clinical Practice: Evidence-Based Human Applications. Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, 2011.
[11] McCarty, M.F. (2007). Clinical potential of Spirulina as a source of phycocyanobilin. Journal of Medicinal Food, 10(4), 566-570.
[12] Tejada, S., Manayi, A., Daglia, M., Nabavi, S.F., Sureda, A., Hajheydari, Z., Gortzi, O., Pazoki-Toroudi, H., & Nabavi, S.M. (2017). Wound Healing Effects of Curcumin: A Short Review. Current Pharmaceutical Biotechnology, 18(5), 349-357.

Chlorelle :

[13] Merchant, S.S., et al. (2007). "The Chlorella Genome Reveals the Evolution of Photosynthesis and Aerobic Metabolism." Genome Research.
[14] Nakano, S., et al. (2010). "Chlorella (Chlorella pyrenoidosa) Supplementation Decreases Dioxin and Increases Immunoglobulin A Concentrations in Breast Milk." Journal of Medicinal Food.
[15] Panahi, Y., et al. (2012). "Lipid-modifying Effects of Adjunctive Therapy with Curcuminoids–Piperine Combination in Patients with Metabolic Syndrome: Results of a Randomized Controlled Trial." Complementary Therapies in Medicine.
[16] Watanabe, F., Yabuta, Y., Bito, T., & Teng, F. (2014). "Vitamin B12-containing plant food sources for vegetarians." Nutrients, 6(5), 1861-1873.
[17] Kumudha, A., Kumar, S.S., Thakur, M.S., Ravishankar, G.A., & Sarada, R. (2015). "Methylcobalamin--a form of vitamin B12 identified and characterised in Chlorella vulgaris." Food Chemistry, 170, 316-320.

Articles Similaires

Partager ce contenu