Alimentation vivante et perte de poids

Alimentation vivante et perte de poids

- Categories : Au coeur de la vie

L'alimentation vivante, axée sur la consommation d'aliments crus et non transformés, offre une approche prometteuse pour perdre du poids de manière saine. En privilégiant des aliments naturellement faibles en calories et riches en fibres, tels que les fruits, légumes, graines et noix, elle favorise le sentiment de satiété tout en maintenant un apport calorique modéré. De plus, la consommation d'aliments vivants et de produits frais stimule le métabolisme, facilite la digestion et contribue à réduire les fringales et les envies de sucreries, qui peuvent entraver les efforts de perte de poids. Nous allons explorer dans cet article les bénéfices de l'alimentation saine sur la régulation du poids.

Comment perdre du poids tout en mangeant cru ou vivant ?

Avant de parler de perte de poids, il est nécessaire de s'intéresser aux mécanismes qui favorisent la prise de poids.

Même s'ils sont nombreux, on peut dire schématiquement que la prise de poids est en relation avec les toxiques, les carences et les excès macro et micro-nutritionnels, mais aussi en relation avec tous les autres facteurs de santé comme le repos, le sommeil, l'équilibre émotionnel, l'alternance de phase de détente et de travail, la qualité de l'air, de l'eau, de la terre, etc.

Si on respecte un comportement alimentaire sain, adapté, individualisé, de qualité, atoxique, on favorise les processus qui contribuent au respect de l'intégrité de l'organisme et par conséquence, la régulation de son poids corporel.

Interview de Sophie sur sa perte de poids

perte de poids

Voici le témoignage de Sophie Wery, infirmière de profession, publiée dans l'excellente revue de défense des consommateurs « Que choisir santé » N° 30 de Juillet-Août 2009, à propos de la méthode Kousmine qu'elle a suivie :

« Ce fut une sorte de révélation. J'ai pris conscience que je pouvais me prendre en charge, être mon propre médecin. J'ai changé radicalement mon alimentation ». Les bienfaits ne se sont pas fait attendre ; en quelques semaines, elle s'est sentie libérée. Alors malade, elle se rétablit, se fortifie et retrouve confiance en elle, avec 20 kg de moins, au passage. Après des années à maltraiter son corps, elle constate, ravie : « Je me soigne et je soigne mieux. »

« Attention, précise-t-elle, je n'ai pas fait de régime. Je le dis pour toutes les personnes qui souffrent d'obésité. Des régimes draconiens j'en avais déjà suivi : ça ne fait que du mal. Là j'ai adopté une alimentation correcte et saine. »

Au programme : bonnes matières grasses (huile d'olive, de colza ou de noix), une seule matière grasse animale (viande, fromage, poisson ou œuf), suppression des produits raffinés (pain et sucre blancs sont bannis). La base de son alimentation repose sur les fruits, les légumes et les céréales.

« Je choisis des aliments frais, vivants, biologiques. Jamais de conserves, ni de plats préparés. Je veille à mes apports en vitamines et minéraux et à l'équilibre entre acides et bases. J'établis les menus sur la semaine, c'est plus facile que sur la journée et cela me permet de manger avec une grande variété… Je ne sais pas si les aliments sont des médicaments. En tout cas, mal consommés, ce sont certainement des poisons », analyse-t-elle.

Bien sûr, ce sont des choix à renouveler avec constance.

« Chaque jour depuis quinze ans, raconte Sophie Wery, je prépare un petit déjeuner particulier appelé crème Budwig. J'épluche mes légumes du jour, je fais tremper mes graines, je prépare mes fruits à emporter ».

Elle avoue simplement, une pointe de gourmandise amusée dans la voix, ne plus être toujours aussi stricte… sur les desserts !

Dans le sillage de cette modification de ses habitudes alimentaires, de nombreux changements se sont produits dans son mode de vie. Elle a arrêté somnifères et anxiolytiques. Pour ses douleurs articulaires, elle prend désormais des substances d'origine naturelle, comme la chondroïtine ou la glucosamine. Elle a changé de travail et est retournée en Loire-Atlantique, région de famille…

« Le changement est un trousseau dont l'alimentation a été une des clés. Une prise de conscience est rarement isolée. L'alimentation vivante m'a ouvert mille portes, vers d'autres médecines, comme la naturopathie ou l'acupuncture. »

Elle affirme encore :

« Il me semble que je soigne mieux : je suis plus à l'écoute des autres et de leurs besoins au lieu de tout faire à leur place ».

Le seul côté négatif ?

« Il paraît que je suis plus difficile au restaurant. Hé ! Rien n'est parfait ! »

L'alimentation moderne, raffinée, carencée favorise l'excédent de poids. Les régimes amincissants qui ne prennent pas en compte ces données, favoriseront tôt ou tard la reprise de l'excédent pondéral. Aux mêmes causes, les mêmes effets…

Un régime « amincissant » qui favorise le retour à un poids normal pour l'individu, devrait être en même temps un régime « santé ». Au-delà de la perte de l'excédent pondéral, ce régime amincissant s'il est basé sur une véritable nutrition saine, adaptée et équilibré, doit favoriser au quotidien : une bonne vitalité, une bonne humeur, un bon sommeil, une bonne digestion, des capacités mentales ou cognitives optimums, etc.

Le non-respect de la qualité des aliments que l'on consomme, permet d'expliquer entre autres « pourquoi je n'arrive pas à maigrir ».

Vouloir perdre du poids à coups de régime alimentaire et de produits minceurs, sans tenir compte de l'aspect qualitatif des aliments, c'est un peu comme stopper une voiture hyperpuissante, dont le moteur se serait emballé. Tôt au tard, les freins lâcheront, laissant le véhicule accroître sa vitesse, sans que rien ne puisse l'arrêter, si ce n'est l'accident.

D'un côté l'on favorise la prise de poids par des aliments dénaturés, déséquilibrés, à indice glycémique élevé comme le pain blanc, riches en additifs chimiques de toutes sortes tels que le monoglutamate de sodium, le sirop de glucose-fructose, etc. Et de l'autre côté l'on s'efforce de perdre du poids par toutes sortes de régimes et de produits amaigrissants.

Le bon fonctionnement de l'organisme est directement lié à la qualité des aliments ingérés. L'on ne peut pas modifier l'intégrité des aliments sans que cela n'ait de conséquence délétère sur la santé à moyen ou long terme, notamment en ne consommant que des produits industriels. Bien sûr qu'il existe une relative capacité du corps à s'adapter sur le plan génétique, mais cela est beaucoup moins rapide que toutes les transformations que l'alimentation a subies sur un plan qualitatif en près d'un siècle seulement. D'après la médecine évolutionniste, c'est l'incapacité de l'espèce humaine à s'adapter génétiquement à son nouvel environnement, qui expliquerait la genèse de la majeure partie des maladies chroniques d'aujourd'hui.

Quels sont les bénéfices de l'alimentation vivante et saine ?

Les bénéfices d'une alimentation saine, vivante et adaptée ou individualisée sont de favoriser une optimisation des processus homéostasiques de l'organisme et le respect de l'intégrité du corps humain. Ainsi, on se met à l'abri de très nombreux troubles de santé dont l'excédent pondéral et ses conséquences délétères sur la santé. La consommation d' aliments bruts et sains sera privilégiée, qui apportera également sur un plan nutritionnel tous les nutriments essentiels et permettra d'atteindre une sensation de satiété plus rapidement, notamment avec des aliments riches en fibres alimentaires.

Quel est le menu type d'un repas en alimentation saine ?

• Crudités à l'entrée : carottes, betteraves, céleris, navets, salades, etc., cette alimentation crue sera d'origine biologique de préférence. Prendre le temps de bien mâcher et de se poser pour manger.

On peut y ajouter des graines germées de céréales, de légumineuses ou de papilionacées : kamut, blé, seigle, lentille, petits pois, azuki, luzerne, fenugrec, etc.

On peut aussi complémenter avec de jeunes pousses de céréales, de légumineuses ou de papilionacées et un peu d'algue d'origine biologique : Dulse, Nori, ou Wakamé, etc. (attention au mercure et arsenic etc., contenu dans certaines algues et surtout la chlorella, demander des analyses.), voir d'une cuillère à soupe d' aliments lactofermentés.

L'usage des aromates est conseillé : oignons, ail, olives noires, etc. Il est recommandé aux personnes quelque peu sensibles sur le plan digestif de consommer à midi des crudités riches en fibres - comme la carotte, la betterave, le céleri et le navet - et le soir, par contre, des crudités plus tendres - comme la courgette, le concombre, la laitue, l'endive, etc.

carottes, betteraves, céleris, navets, salades

• Féculents et céréales : pommes de terre, pâtes, riz, millet, sarrasin, quinoa, seigle, orge, maïs ; éviter les céréales au gluten pour ceux qui sont intolérants. Les légumes cuits ne sont pas indispensables s'il y a des crudités, mais on peut tout à fait consommer un plat d'aubergines à la provençale par exemple. Si l'on n'est pas allergique aux produits laitiers, on peut rajouter de temps en temps un peu de fromage râpé de bonne qualité d'origine biologique de préférence, sur les pâtes.

• Protéines : œufs (à la coque de préférence), légumineuses trempées la veille dans de l'eau ou germées pour en faciliter la digestion. Les algues fraîches sont également un bon apport en protéines végétales.

• Lipides : 1 cuillère à soupe d'huile de noix ou de colza (de temps en temps rajouter, de l'huile d' olive et de l'huile de tournesol), mais les huiles végétales devront impérativement être vierges de première pression à froid et d'origine biologique. Cette huile sera un apport de graisses saines et servira pour l'assaisonnement des crudités, en y ajoutant, par exemple, un peu de sel marin complet bio ou de la fleur de sel bio.

• Dessert : une portion de fruits séchés ou lyophilisés pour la touche sucrée. Éventuellement un yaourt végétal ou une compote de pommes, ainsi que toutes les tartes aux fruits cuits (sauf celles où les fruits restent acides malgré la cuisson, comme les abricots ou les groseilles).

Articles Similaires

Partager ce contenu