Quelle alimentation choisir pendant l'allaitement ?

Quelle alimentation choisir pendant l'allaitement ?

- Categories : Les experts

L'alimentation pendant l'allaitement

De tous temps, depuis des milliers d'années chez les mammifères, l'aliment naturel du bébé est le lait de sa mère.

Dans la société actuelle, où nous avons quelque peu perdu le sens de la communauté, l'allaitement peu parfois représenter un défi pour les familles et pour les mamans.

Se renseigner

Une fois la décision de l'allaitement prise, reste encore de nombreuses questions, voir parfois quelques difficultés qui se lient au changement de vie amené par le quotidien avec un bébé.

Heureusement, il est possible de se renseigner durant la grossesse pour que les parents et les proches puissent avoir des

informations et des réflexes bienveillants pour accompagner les premiers moments de vie du bébé et pourquoi pas s'orienter vers le maternage.

Je conseille vivement aux futurs parents de se renseigner sur l'allaitement durant la grossesse :

– Parler avec des parents bienveillants ayant fait le choix de l'allaitement, ayant de l'expérience

– Lire des livres sur le sujets (L'art de l'allaitement maternel)

– Participer à des réunions de parents sur l'allaitement : l'association de la Leche League propose des réunions en présentiel et en ligne pour que les parents, et notamment les mamans, puissent échanger, partager autour des questions diverses et variées sur l'allaitement et le maternage par l'allaitement

– Visiter le site www.lll.org, qui est une source riche d'informations accessibles gratuitement

– Et enfin, faire confiance à la nature et se souvenir que tous les mammifères allaitent leurs petits. Se connecter à soi et écouter son intuition

Quelle alimentation choisir durant l'allaitement ?

Ensuite, se pose souvent la question de l'alimentation de la femme allaitante :

– Est ce que je peux manger de tout ?

– Est ce que mon bébé peut avoir des ballonnements si je mange du choux fleur ?

– Puis-je manger des aliments comme l'ail, le piment, le persil et bien d'autres ?

– Puis manger ajouter des jus, des graines germées, des algues et beaucoup de cru à mon alimentation ?

Durant l'allaitement, tout comme durant la grossesse, il sera utile que la maman ait une alimentation riche en nutriments et en

vitamines pour répondre à ses propres besoins et à ceux de son enfant.

Dans l'ensemble, il n'est pas du tout nécessaire de "manger pour deux" pendant la grossesse comme durant l'allaitement. Une augmentation modérée de la ration alimentaire est tout à fait suffisante : Manger deux fois mieux mais pas deux fois plus !

L'alimentation qui est bonne pour la femme enceinte et allaitante est la même pour tout le monde et sera à adapter selon le tempérament, l'activité physique et les tolérances de chaque individu.

J'accompagne, entre autres, des femmes allaitantes et des familles en consultations de naturopathie pour trouver l'alimentation qui leur convient le mieux.

Une bonne alimentation signifie un régime varié et bien équilibré, composé d’aliments servis dans un état aussi proche que possible de leur état naturel.

Ce qui est vrai qu’on allaite ou pas, et couvre une très large palette de choix alimentaires.

Il sera avant tout utile de rechercher la qualité plutôt que la quantité !

Bien entendu, une alimentation riche en vitalité et en aliments crus sera très bénéfique tant pour la maman que pour le bébé et même pour le reste de la famille.

Il a été constaté que la période de la grossesse et de l'allaitement est souvent une opportunité pour les femmes et les familles de procéder à des changements alimentaires.

Certaines mamans peuvent constater que certains aliments semblent provoquer des réactions indésirables chez le bébé (allergies, coliques...), ou bien il y a simplement une prise de conscience que l’alimentation de la famille gagnerait à être améliorée, pour le bien de tous ses membres.

En effet, on se pose plus de question car on a bien conscience que ce que l'on mange aura une influence sur la qualité du lait que l'on donne à son enfant et plus tard, lors de la diversification alimentaire, on souhaite souvent offrir des aliments sains et de qualité à nos petits gastronomes en quête de découvertes gustatives.

Il est à noter que même si le lait de sa mère, même mal nourrie, reste dans tous les cas le meilleur aliment pour le bébé, des études récentes semblent indiquer que l’alimentation de la mère n’est peut-être pas sans conséquences sur la santé de l'enfant.

Lors de la grossesse et une fois le bébé arrivé, vous pourrez être assailli de conseils en tout genre, incluant les conseils alimentaires. Chacun y va de sa propre expérience et il est important de garder à l'esprit qu'il n'y a pas une seule vérité absolue.

Faites vous confiance, lisez, questionner, garder votre esprit critique.

On pourra vous dire qu'il faudra manger tel ou tel aliment pour stimuler votre lactation, ou encore qu'il faudra absolument éviter tel autre aliment. La seule vérité viendra de votre expérience et de votre ressenti.

FAVORISER UNE ALIMENTATION NATURELLE

Une alimentation saine et naturelle apportera de nombreux avantages à toute la famille, y compris à l'enfant qui partagera bientôt les repas familiaux. Tout le monde en tirera bénéfice.

Une femme qui n'est pas stricte sur son alimentation peut quand même réussir son allaitement. Il est toutefois important de garder à l'esprit qu'une bonne nutrition aide aussi la mère à rester en bonne santé.

Le mot « naturel » peut avoir de nombreuses significations. Retenez l'idée qu'une alimentation naturelle est avant tout le

moins transformée possible.

Il n'y a pas vraiment d'aliment à « bannir », mais faites preuve de bon sens.

Alcool, tabac, drogues : il est conseillé d'éviter la consommation de ces produits durant la période de l'allaitement.

Même s'il est préférable d'allaiter quand on fume, il sera toujours préférable d'arrêter de fumer.

L'alcool et la grande majorité des stupéfiants peuvent passer dans le lait maternel, il sera donc bon pour la santé du bébé (et de la maman) d'en éviter leur consommation.

Fraîcheur : les aliments frais ont meilleur goût, contiennent plus de vitamines et présentent moins de risques d'être oxydés ou abîmés par le stockage, le transport, les manipulations.

Plus le délai est court entre la récolte et la consommation d'un fruit/légume, entre la production et son utilisation, plus l'aliment reste sain.

Absence d'additif : il convient de limiter les additifs. L'utilisation de conservateurs prolonge la durée de stockage d'un aliment, parfois en masquant simplement les processus naturels de détérioration. Le conservateur lui-même n'est habituellement pas bénéfique pour notre santé, et le produit alimentaire qui en contient est toujours d'une moins bonne qualité nutritionnelle que le même produit frais. Pensez vous qu'un aliment « frais »qui se conserve plusieurs semaines peut vraiment être naturel et plein de vitalité ? Les tomates du jardin ne se conservent pas longtemps pourtant certaines tomates du supermarché semblent ne jamais moisir ! C'est pourtant le signe que l'aliment est vivant (il naît, il vieillit, il meurt).

Les parfums et les colorants améliorent l'odeur et l'aspect des préparations industrielles. Certains colorants sont d'origine végétale et ne posent généralement pas trop de problèmes. Les colorants artificiels peuvent provoquer une hypersensibilité et d'autres problèmes similaires. D'autres types d'additifs sont utilisés pour augmenter la texture : le moelleux, le croustillant ou les saveurs. Il est difficile de mesurer le réel impact sur la santé de ces additifs. Par mesure de prévention, il semble utile de les éviter.

La déshydration et la congélation offrent les meilleurs moyens de conserver des aliments frais en gardant le maximum de vitamines et minéraux.

Profitez de la pleine saison pour faire vos réserves de fruits séchés, et autres préparations en tous genres à base de fruits et légumes de saison (biscrus, wraps, cuirs et autres recettes vivantes inventives).

Aliments entiers : les aliments entiers ont subi un minimum de transformation. Ils conservent la plupart des nutriments présents dans l'aliment de départ, il n’est pas « raffiné ».

Il est aujourd'hui courant de consommer du pain et des pâtes fabriqués avec de la farine blanche, obtenue en éliminant le germe et le son du blé, du riz blanc débarrassé du son, du sucre et du sel blancs raffinés, des huiles raffinées par des processus thermiques et chimiques. De nombreux acides gras contenus dans les huiles raffinées et les margarines sont présents sous une forme inutilisable par notre organisme. Le sucre et la farine blancs procurent des calories, mais la plupart des autres nutriments sont perdus.

Tous ces aliments transformés, sur-cuits, conservés et modifiés offrent très peu d'aspects nutritifs intéressants pour la santé.

A noter qu'il est également important, pour la santé de notre système digestif, de consommer des fibres alimentaires, présentes dans les fruits et légumes, habituellement retirées lors du raffinage.

Perturbateurs endocriniens : Il sera également utile de porter une attention particulière aux différents perturbateurs endocriniens qui pourraient se retrouver dans le lait maternel ou être en contact direct avec bébé : dans votre alimentation, avec les pesticides, les colorants ainsi que dans les contenants alimentaires, les ustensiles de cuisine, les emballages alimentaires...etc, mais également dans votre environnement à travers les peintures et autres substances chimiques volatiles, les colles, les COV (composés organiques volatiles) présents dans les meubles et autres, mais aussi les produits chimiques présents dans les cosmétiques, les produits ménagers, les vêtements.

Pas ou peu de polluants

L'agriculture raisonnée et biologique visent à éliminer ou à limiter les pesticides, les insecticides et les engrais chimiques, ils sont donc plus naturels.

Comme les pesticides et les autres produits chimiques se concentrent dans la graisse des animaux qui mangent ces aliments, leur alimentation est également importante.

Pour les produits animaux et végétaux, une certification d'agriculture biologique contribue à la garantie que les polluants sont réduits au maximum. La réduction de la consommation de graisses animales et de viande rouge permet de réduire encore la consommation de telles substances.

Hormis cela, pas de véritable aliment à bannir.

Si vous avez consommé de l'ail, du choux, du piment durant votre grossesse, continuez !

Votre enfant s'est habitué durant la grossesse à ces saveurs !

CONSEILS ALIMENTAIRES POUR LA MAMAN QUI ALLAITE

La maman pourra consommer

– de nombreux fruits frais, mûrs et savoureux : à la croque, en salade, en purée de fruits / smoothie (pommes, poires, kaki, pêches, abricots, cerises, prunes, figues, noix de coco, bananes, papayes, fruits de la passion, ananas, mangues, kiwi, nèfles, mûres, fraises, framboises, groseilles, cassis, myrtilles, oranges, pamplemousses, citrons...).

– des fruits secs : consommés seuls ou intégrés dans les préparations (dattes, abricots, raisins secs, pommes, poires, bananes, mangues, ananas séchées...)

– des graines et des oléagineux, idéalement trempés une nuit pour les activer (amandes, noix, noisettes, noix de cajou, tournesol, sésame...)

– des légumes sous forme de jus frais, en salade simple ou composées, éventuellement légèrement cuit à la vapeur

– des graines germées en quantité

– de nombreux aliments vivants sont riches en calcium : les légumes verts à feuille (épinards, blettes, choux kale...), les amandes, les noix, les figues séchées, les graines de sésame, de nombreuses algues et de nombreuses graines germées.

Testez, variez, inventez, soyez créatifs et amusez vous avec cette large palette d'ingrédients frais, vivants, sains !

ZOOM SUR LES GRAINES GERMEES ET L'ALLAITEMENT

Les graines germées représentent un véritable concentré de vitamines et minéraux et constituent donc un aliment idéal pour la mère qui allaite.

- Le fenugrec et le fenouil sont des graines germées reconnues pour leur action sur la lactation.

Il stimule la production de lait et peuvent donc être recommandés durant l'allaitement.

- Le fenugrec apporte une touche épicé et parfume légèrement la transpiration.

- Le fenouil aura aussi des effets bénéfiques sur le système digestif.

LES BOISSONS RECOMMANDÉES

Il est recommandé d'éviter les boissons excitantes (thé, café, alcool) et de privilégier l'eau et les tisanes.

Les besoins en eau seront augmentés pour la production du lait maternel.

En effet, il est très courant que durant les tétées, la maman ressente une très grande soif.

Il est dont important d'avoir toujours de l'eau à portée de main : idéalement une eau faiblement minéralisée, sans chlore, résidus de pesticides et médicaments.

Pour les tisanes, il existe une large palette et on pourra les adapter en fonction des besoins individuels de la maman (tisane pour favoriser la digestion, le sommeil, la circulation...) : demandez conseil à un naturopathe ou une sage femme formée en herboristerie.

De manière générale, si vous n'avez pas de problème particulier, vous pouvez consommer de la menthe, de la verveine citronné, un peu de romarin, de thym, du tilleul, de l'hibiscus, du fenouil par exemple.----

Selon la phase de votre grossesse, certaines plantes pourront être utiles pour vous accompagner et vous préparer à l'accouchement par exemple.

LES GRIGNOTAGES ET LES FRINGALES

Tout comme durant la grossesse, il est courant que la maman qui allaite ressente des petites fringales ou le besoin de grignoter régulièrement. Les fruits frais, les fruits secs et les graines oléagineuses constituent un encas idéal pour les petites faims de maman et peu à peu pour les petites faims de l'enfant qui grandit.

Pour éviter de « craquer » sur des aliments industriels et raf inés tels que les biscuits, les bonbons, les viennoiseries, ayez toujours des encas sains et disponibles dans votre sac !

Ce conseil est valable pour la maman mais bien entendu aussi pour les enfants qui grandissent !

LE POIDS

Autre avantage non négligeable à garder une alimentation saine durant l'allaitement sera la perte des kilos en trop accumulés durant la grossesse.

La plupart des femmes ont un surpoids à la fin de la grossesse. Ces kilos seront progressivement utilisés au cours des mois d'allaitement, ce qui dispense le régime quotidien de couvrir la totalité des besoins nutritionnels.

Il est normal, naturel et physiologique de prendre du poids durant la grossesse, car le corps de la femme fait justement des réserves pour se préparer à l'allaitement.

Beaucoup de femmes qui allaitent voient leurs kilos superflus s'envoler tranquillement en quelques mois, sans faire d'efforts ou de régime drastique !

Il est également possible de changer son régime alimentaire, en douceur, durant cette période.

N'ayez pas peur de vous tourner vers une alimentation plus végétale, vivante et variée !

Et si vous avez peur de perdre trop de poids, pensez aux oléagineux, aux avocats riches en lipides et faites plusieurs repas collations par jour.

En résumé, retenez qu'une alimentation variée, équilibrée et naturelle sera l'idéal durant l'allaitement.

Ajouter volontiers du vivant et du végétal et retenez qu'il sera utile de porter son attention sur la qualité des aliments plus que sur la quantité que vous consommez.

Je vous propose des consultations individuelles pour accompagner votre projet d'allaitement de façon naturopathique et prendre soin de votre santé en respectant votre rythme et celui de toute la famille.

Fanny RUSSAOUEN MARTINS

Naturopathe, Hygiéniste, spécialisée dans la santé des femmes et des enfants

Pré-conception, Grossesse, Allaitement, Enfants, Ados, Puberté, Ménopause

Stages de jeûne au Portugal

Consultations à distance

www.fannynaturo.com

Contact : fannynaturo@mailo.com 06.64.23.11.38

Share this content

Ajouter un commentaire