Puberté précoce : Quand faut-il s'inquiéter ?

Puberté précoce : Quand faut-il s'inquiéter ?

- Categories : Au coeur de la vie


La puberté est une période importante dans le développement. Marquant une transformation, elle se fait naturellement à des âges différents pour chaque enfant, il convient toutefois de vérifier qu'il ne s'agit pas de puberté précoce ou tardive.

Qu'est ce que la puberté précoce ?

La puberté est la période de transition entre l'état physiologique d'enfant et l'état physiologique d'adulte.
C'est une période où le système hormonal va fortement se développer et entrer en activité.
Le développement de la production de ces hormones aura de nombreuses répercussions :

  • croissance
  • apparition des poils
  • apparition des odeurs corporelles avec la transpiration
  • mue de la voix des garçons
  • menstruations chez les filles
  • parfois accompagnées de modifications aux niveau des émotions

L'âge normal du début de la puberté, aujourd'hui en Occident, se situe entre 11 et 13 ans pour les filles et 12 et 14 ans environ chez les garçons.
La puberté sera donc précoce si elle intervient avant cet âge.

comment connaitre les signes d'une puberté précoce ?


A partir de quel âge cela peut devenir problématique ?


On parle de "puberté précoce" lorsqu'une fille présente les signes de puberté avant l'âge de 8 ans et chez les garçons avant l'âge de 9 ans.
Des analyses sanguines pourront confirmer l'avancée de la puberté via la production hormonale.
Malheureusement, aujourd'hui, il existe de plus en plus de cas de puberté précoce, principalement chez les filles. Certaines petites filles vont montrer des signes de puberté dès 5 ou 6 ans ! Cela dénote un dérèglement hormonal important. La puberté et l'arrivée précoce des règles chez les filles va induire la fixation des os et donc l'arrêt de la croissance. Ceci explique pourquoi certains enfants ayant une puberté précoce seront donc de toute petite taille.
De plus, cela peut engendrer un décalage entre la maturité émotionnelle et physique, qui pourra être très difficile à vivre pour de nombreux enfants.

Quels sont les signes d'une puberté précoce ?


Pour une fille les signes de puberté sont :

  • poussée de croissance,
  • apparition des poils pubiens et au niveau des aisselles,
  • transpiration odorante,
  • seins qui se forment,
  • acné…
  • puis 18 à 24 mois après, apparition des premières règles.

Chez les garçons, les signes de puberté sont :

  • poils pubiens et au niveau des aisselles,
  • augmentation du volume des testicules et du pénis,
  • voix qui mue,
  • odeurs corporelles...

les symptômes de puberté précoce

Qui consulter en cas de puberté précoce ?


Il est important de préciser qu'il est difficile d'intervenir une fois la puberté enclenchée. De manière naturelle, on va privilégier la prévention et donc agir avant que les signes n'apparaissent.
Si les signes de puberté sont apparus, il convient alors de consulter un médecin et un endocrinologue pour faire des examens hormonaux complémentaires, surtout si les signes apparaissent avant l'âge de 8 ans.
Il sera également utile de consulter un naturopathe afin de soutenir l'organisme et le système hormonal de l'enfant.
Idéalement, on agit en prévention mais on pourra toujours aller vers un rééquilibrage qui ne pourra qu'être bénéfique et soutenir l'organisme, même lorsque l'enfant sera sous traitement médical.

Quelles sont les causes de la puberté précoce ?


Les causes de puberté précoce peuvent être variées.
On notera principalement l'alimentation, l'environnement et notamment les perturbateurs endocriniens, ainsi que la génétique. Les perturbateurs endocriniens se retrouvent partout autour de nous ! Ils agissent en mimant certaines hormones dans le corps et viennent donc perturber l'équilibre interne de notre organisme.
Il faudrait donc les éviter au maximum :
Cosmétiques : shampoing, dentifrice, maquillage, crèmes... vérifiez la liste des ingrédients, privilégiez les produits bio avec peu d'ingrédients, faites vos cosmétiques vous-même, apprenez à utiliser peu de cosmétiques.
Vérifiez tous les produits, même en bio et surtout ceux que vous utilisez pour les bébés et les enfants.
Attention au maquillage qui attire tant les petites filles et qui contient beaucoup de produits chimiques, surtout les vernis à ongles.

Alimentaires :
• Dans les ustensiles de cuisine : poêle et casserole non adhésive, film alimentaire, contenants en plastique surtout s'ils sont réchauffés au micro-ondes, mais aussi la bouilloire en plastique, on essaiera d'éviter les bisphénols, les phtalates et toutes les autres substances qui ne sont pas encore reconnues comme dangereuses mais que le bon sens nous invite à éviter.
Les xénoestrogènes présents dans le plastique vont migrer vers les aliments lors de la cuisson.
Privilégiez les contenants en verre et en inox pour les ustensiles de cuisine, réchauffez au bain marie...
• Dans ce que nous mangeons : pesticides présents dans les aliments non bio, additifs alimentaires, exhausteurs de goût, conservateurs présents dans les aliments préparés et industriels (boîtes de conserve, chips, plats préparés...).
Pour les enfants attention aux biberons et petits pots, surtout réchauffés au micro-ondes, aux céréales, au lait et à la viande non bio qui contiennent des hormones, des antibiotiques, éviter les plats préparés, les pesticides, les aliments industriels.
Limitez la consommation de sucre, produits laitiers, produits animaux, aliments industriels pour vos enfants, surtout en bas âge.
Consommez une eau de qualité, si possible filtrée ou osmosée et conservée dans une bouteille en verre ou une gourde en inox par exemple.



Privilégier les fruits et légumes frais, issus de l'agriculture biologique ou raisonnée, sans pesticides, hormones, antibio, choisissez le fait maison, la simplicité.

A la maison : produits ménagers, lessive, peintures (COV), meubles, colles, ondes électromagnétiques, téléphone, Wi-Fi, Bluetooth...
Mais aussi les jouets en plastique (bisphénols phthalates) et les objets peints, surtout quand ils sont portés à la bouche par nos bambins.
Privilégiez les meubles et les jouets en bois, les meubles d'occasion qui ne sentent pas la colle ou la peinture, couper internet le plus souvent possible, prenez l'air, aérez la maison...
On ne peut pas agir sur tous les leviers, mais prendre conscience de l'impact de tout cela sur l'organisme est une étape importante pour s'en libérer petit à petit, au fur et à mesure.
Reconnectons nous à la nature, à la simplicité pour vivre en harmonie dans un environnement le plus sain possible pour nous et nos enfants.


Comment stopper la puberté précoce naturellement ?

L'idéal est d'agir de façon préventive pour anticiper et éviter ces situations. Malheureusement une fois le processus de puberté enclenché, il sera compliqué de l'interrompre de façon naturelle. Bien entendu, on pourra agir sur le terrain en complément éventuel d'un suivi médical.
Comment agir de forme préventive ?
En pré-conception : en faisant une préparation spécifique avant la grossesse pour les parents : drainage et nettoyage des toxines, minéralisation, vitalisation de l'organisme idéalement pour les 2 futurs parents. Cette étape peut se faire de quelques mois à plusieurs années avant la conception.
Durant la grossesse : en ayant une alimentation saine, pleine de vitalité, en évitant les perturbateurs endocriniens, les pesticides, les aliments transformés mais aussi en ayant un accouchement naturel.
En post-partum : en allaitant son bébé, en ayant une alimentation adaptée pour la maman allaitante, puis une diversification avec des aliments pleins de vitalité.
Durant toute l'enfance : en évitant les nombreux perturbateurs endocriniens, surtout pour les petites filles
Et ajoutons durant l'adolescence et durant toute la vie : notamment pour éviter certaines problématiques telles que le syndrome prémenstruel, les dérèglements hormonaux etc...

Et bien entendu, communiquer et accueillir les émotions de nos enfants afin qu'ils puissent s'exprimer et partager leurs ressentis, comprendre ce qui se passe dans leur corps, se sentir soutenus.

Parler de puberté, du corps, des émotions est utile dans tous les cas, que la puberté soit précoce, normale ou tardive.
Nous avons encore beaucoup de tabous et de pudeur à lever, une foule de fausses informations et de croyances circulent, notamment dans les cours de récréation...
Informer, communiquer, partager avec nos enfants dès le plus jeune âge est essentiel.
Et s'ils en expriment le besoin, leur donner l'opportunité de parler - seul ou avec un parent -, avec un professionnel qui sera à leur écoute, bienveillant et accessible.
A noter que les petites filles portent les follicules, les futurs ovules dans leur ventre dès la vie intra-utérine, ce qui signifie qu'il est vraiment utile d'agir de forme préventive pour les générations futures...

Pour résumer :

  • Agir en prévention, le plus tôt possible pour offrir les meilleures conditions à nos enfants
  • Éviter les perturbateurs endocriniens : cosmétiques, jouets, meubles, produits d'entretien, ustensiles de cuisine etc…
  • Offrir une alimentation saine, végétale et vivante à nos enfants
  • Consulter si l'enfant présente des signes de puberté précoce
  • Se faire accompagner pour agir au mieux, de forme globale et holistique.

Articles Similaires

Partager ce contenu