Boostez votre immunité !

Boostez votre immunité !

- Catégories : Mangez vivant !

Il est constitué de la lymphe avec les vaisseaux lymphatiques, des organes lymphoïdes (primaires et secondaires), des globules blancs appelés leucocytes et de nombreuses autres protéines (anticorps, cytokines, défensines, etc.). 

Le système immunitaire permet de faire la différence entre les cellules du « soi » (ce qui appartient à notre organisme) et du « non soi » (qui est étranger à l’organisme : virus, bactéries, toxines, cellules de greffons, etc. certaines sont du « soi modifié » comme les cellules mutées et ne sont plus reconnues comme du « soi »). Les cellules du soi sont marquées à leur surface par des molécules spécifiques, ce qui permet de les reconnaître. Les molécules ou substances étrangères sont appelées « antigènes » et vont provoquer une réaction immunologique de l’organisme où celui-ci va produire des « anticorps » contre celle-ci afin de la neutraliser puis de l’éliminer. 

Le système immunitaire se décompose en deux :

  • L’inné (non spécifique) que l’on a dès la naissance, et qui constitue la première ligne de défense avec des barrières naturelles : avec notamment l’épiderme, qui forme une barrière physique, l’acidité de la peau et le sébum (propriétés antibactériennes et antifongiques), les muqueuses qui empêchent la pénétration des microbes, le mucus qui emprisonne ces derniers au niveau des voies respiratoires, la salive qui contient des défensives qui nous aident à lutter contre des bactéries pathogènes, l’urine, l’acte de vomissement, etc.

  • L’acquis (spécifiques) ou adaptatif, qui se construit au fil des années et des rencontres avec des agents pathogènes, et qui inclut deux types de réponses : l’immunité humorale (dirigée contre les bactéries, virus, toxines, etc.) ou l’immunité cellulaires (dirigée contre les cellules du non soi, avec les cellules cancéreuses, greffées, infectées, mutées, etc.). Certains globules blancs sont appelés lymphocytes : parmi eux, les lymphocytes B produisent les anticorps et sont en charge de la médiation humorale qui débute dans les organes lymphoïdes secondaires (ganglions et follicules lymphatiques, rate). Les lymphocytes B mémoires permettent de réagir plus rapidement à la prochaine exposition à ce même antigène : ainsi se crée un « historique » des rencontres permettant d’acquérir une défense spécifique plus rapide et forte pour l’avenir. Les lymphocytes T8 sont quant à eux responsables de la médiation cellulaire : les lymphocytes T cytotoxiques lysent les cellules afin de déclencher leur mort (apoptose), et les lymphocytes T mémoires gardent, comme son nom l’indique, en mémoire la rencontre avec les cellules du « non soi ».

Ce qui renforce le système immunitaire

Un sommeil de qualité au rythme de la luminosité naturelle

Un état d’esprit calme et serein

La pratique de la compassion et de la gratitude au quotidien

Des temps de relaxation et de respiration quotidiens

Le contact régulier avec la nature et l’exposition à la lumière du soleil chaque jour

Une alimentation riche en aliments vitalisants et source de micronutriments (vitamine du groupe B, vitamine C et D, fer, zinc, calcium, magnésium, iode, etc.)

Une hygiène intestinale, nasale et buccale de qualité

Une flore et une muqueuse intestinale de qualité

Une activité physique régulière et modérée, en combinant du renforcement musculaire, du cardio et des étirements

L’utilisation de plantes comme l’échinacée, le cassis, le sureau, qui vont booster l’immunité ; ainsi que des plantes qui vont soutenir le foie dans son travail d’épuration avec le plantain, le romarin, le chardon-marie, etc. 

L’utilisation d’huiles essentielles de manière judicieuse et précise.

L’exposition au chaud (sauna, bains hypercaloriques) et au froid (bains froids, bains de siège à friction, etc.)

Ce qui affaiblit le système immunitaire

Un manque de sommeil

Du Stress chronique

La pollution environnementale (tant chimiques que le bruit, les ondes électromagnétiques, la lumière de synthèse, etc.)

Une alimentation riche en aliments non physiologiques, transformés et raffinés, c’est-à-dire dénaturés

L’usage multiple de médicaments et antibiotiques, trop fréquemment

Le tabac et l’alcool

Une flore intestinale déséquilibrée

Une perméabilité intestinale

Une surcharge humorale

La sédentarité et l’éloignement de la nature

Sarah Juhasz & Aurélie Viard

Suivez-nous sur Instagram !

Partager ce contenu

Ajouter un commentaire